Pусский
Français
English
Italiano

natura

Nature

LEUCA

Le Salente offre ce qu’il a de mieux le long de cette section de côte avec ses vues sur la mer d’un bleu intense qui coupent le souffle.

La campagne foisonne de végétation méditerranéenne, de murs en pierre, de tours et fermes fortifiés, le tout dans de grands espaces verts et non-cultivés. A l’horizon on perçoit la côte et la blancheur caractéristique des villes: Santa Cesarea, Castro et enfin Leuca. Ici la côte orientale de l’Adriatique de Santa Maria di Leuca est caractérisée par de hautes falaises accidentées, alors que la côte occidentale Ionienne est composée de basses falaises plus régulières. Tout en étant différentes, les deux côtes abondent de façon similaire de grottes d’origine naturelle (plus de trente) et artificielle.

Les grottes de la côte Ionienne La grotte plus célèbre est nommée “della Porcinara” et dans le passé a été utilisée comme un temple et subséquemment comme un sanctuaire, en premier lieu messapien, ensuite grec et finalement latin . La grotte est située 20 mètres au-dessus le niveau de la mer et on y peut accéder par voie terrestre et de la mer par un escalier taillé dans la pierre. C’est une des grottes plus grandes et elle a trois salles. En outre de la grotte Porcinara, il y en a beaucoup d’autres de beauté égale, comme “la Grotta del Drago”. On dit que son nom provient du fait que la grotte ressemble à un dragon quand on y entre en bateau de la gauche.

Une autre grotte importante est la “Grotta dei Giganti” (grotte des Géants). C’est une des plusieurs grottes karsts dans lesquelles on a trouvé de nombreux objets historiques tels que des os humains, de vases en verre et de pièces en bronze. La grotte est nommée après la légende selon laquelle les géants tués par Héraclès sont enterrés ici. La “Grotta delle Tre Porte” enchante avec ses trois accès de la mer. La Grotta del Bambino (grotte de l’enfant) est de valeur naturelle exceptionnelle et ici les restes d’un éléphant et d’un rhinocéros ont été trouvées, ainsi qu’une dent de l’époque néanderthalienne, que l’on croit ait appartenue à un enfant et à laquelle la grotte doit son nom. On y a accès en passant par la “grotta delle Tre Porte”. La “Grotta della Stalla” (Grotte de la grange) est une des grottes plus belles de la côte et son nom dérive du fait qu’elle était utilisée par les pêcheurs en danger.

La Grotta del Diavolo (grotte du diable) est à cent mètres de la Grotta di Porcinara et de nouveau on peut y accéder par voie terrestre et par la mer. Son nom dérive du fait que selon la légende les étranges et sinistres bruits que l’on entendait provenir des profondeurs de la grotte ont été attribués à des diables. Et finalement il y a la “Grotta del Presepe” (grotte de la crèche), nommée ainsi pour le fait qu’elle ressemble à la nativité. Ses basses arches permettent l’accès seulement quand la mer est calme.

Les grottes de la côte Adriatique La “Grotta del Morigio” est située dans le point ou la cascade monumentale de l’Aqueduc fini dans la mer. L’expression “Morigio” dérive du fait que les Maures (Mori) s’y sont cachés avant d’attaquer et de détruire Leuca. On l’appelle aussi la “Grotta degli Innamorati”(grotte des amoureux), et elle est seulement accessible de la mer en nageant.
Les “Grotte Cazzafri” ont un nom d’origine grecque qui veut dire « maison de mousse ». Il y a trois grottes qui surtout au coucher du soleil offrent de remarquables jeux de lumière.
La “Grotta del Ciolo” se distingue pour son petit lac d’eau douce et son nom provient des termes dialectales “giolo” ou “giole” qui veulent dire un espèce d’oiseau qui y habite.

GALLIPOLI

Le territoire de Gallipoli est connu pour ses églises rupestres, anciennes colonies monastiques situées dans la campagne autour de la ville. Les côtes à sud et à nord de la ville sont renommées pour leur sable blanc et fin et pour l’eau cristalline. On ne peut décrire la mer de Gallipoli qu’avec une seule parole : magnifique. En allant vers le sud, il a des bois de pins et de la végétation méditerranée qui vont jusqu’à la plage et s’alternent avec des zones de rochers. Ici la mer est peu profonde et d’un vert émeraude. C’est dans cette mer tropicale que le réalisateur Ozpetek à tourner des scènes de son film “Mine Vaganti”. Le film et une baignade sont immanquables! Vers le nord, les plages longues à l’infini et l’eau parfaitement limpide vous amènent à des panoramas et habitats remarquables que l’on peut découvrir en nageant, sur cheval, en bicyclette, a pieds ou avec la voiture… avec n’importe quel moyen ça vaudra le coup.

OTRANTO

Le paysage autour de Otrante ne doit pas être raté par ceux qui visitent cette ville. Au nord, une première étape est la plage “Baia dei Turchi” ou, selon la tradition, les Turcs ont débarqué lors de leur incursion de 1480. Cette réserve naturelle avec une mer limpide, est sauvage et non contaminée. Depuis cette baie, on arrive aux lacs Alimini, qui font part d’un zone de protection spéciale que l’on peut découvrir en canoë. En allant vers le sud, le sable se transforme en hautes falaises et nous arrivons à une baie très belle nommée « Baia delle Orte ». Ici il y à une ancienne carrière de bauxite: avec ses collines rouges et son lac vert on dirait un paysage lunaire. Le village de Giuggianello est situé à quelques kilomètres et son jardin botanique est un vrai paradis construit par l’amour de l’homme.

L’ARRIERE-PAYS

Entre Giurdignano, Giuggianello et Minervino di Lecce, il y a une concentration de restes de civilisations de mégalithes et de la pierre: i dolmen et menhir sont célèbres. Connus comme “pietrefitte”, ces derniers sont aussi situés dans les villages qui font part de la « Grecìa Salentina ». À Giuggianello, au milieu des oliviers du “Bosco delle Fate” (bois des fées), on trouve la pierre “lu Massu de la Vecchia”: les experts des champs d’énergie sont de l’opinion que des forces énergétiques très positives se concentrent ici. Sur la route de “lu Massu” on trouve l’église de San Giovanni, liée à légendes de sorcières et de sortilèges. Un endroit magique, comme le est – même si de façon différente – l’ancienne colonie préhistorique de Macurano (près de Alessano et Montesardo), avec des murs en pierre typiques de cette région. Sa beauté le rend le lieu idéal pour des évènements littéraires et musicaux pendant l’été. Ensorcelant!

LE PARC RÉGIONAL BOSCO E PALUDI DI RAUCCIO

Situé près de Lecce, ce parc a de nombreux biosystèmes. Des bois au sable, aux paturages, à les zones humides, aux marécages, aux étangs, aux tours (Torre Rinalda e Torre Chianca) et à quelques fermes fortifiées (Masseria Barone Vecchio, Masseria Rauccio), il y a quatre parcours thématiques: Botanique, Faunistique, Hydrologique et Socioculturel. Pourquoi en choisir un seul?

RESERVE NATURELLE LE CESINE

Ce parc splendide entre San Cataldo et Otrante est la dernière des zones humides qui se trouvaient entre Otrante et Brindisi. Le parc est un point d’arrêt pour de nombreux oiseaux migrateurs, et a plusieurs sentiers, des cabanes d’observation e une ferme fortifiée. Tout près du parc se trouve le petit bourg de Acaya dont le château du 16ème siècle avec ses tours circulaires vous comblera certainement.

PARC OTRANTO S. MARIA DI LEUCA E BOSCO DI TRICASE

Le paysage vous enchantera: des cours d’eau et des grottes s’alternent pour créer des effets de lumière et des sensations spectaculaires et vous permettront de voir de la faune et de la flore rare. Vous devez absolument voir la chêne “Quercus valonea » du 12ème siècle, la grotte de “ Zinzulusa”, les incisions paléolithiques dans la grotte “Romanelli”, les dessins néolithiques dans la « Grotta dei Cervi », les restes du saint San Nicola di Casole, la surprenante carrière de bauxite, et les grands phares de Palacia et de Leuca.

LE PARC LITTORAL DE UGENTO

Ce parc est caractérisé par ses zones humides qui ont été aménagées. Il y a diverses espèces de flore, et aussi de oiseaux migrateurs et résidents qui rendent ce habitat particulièrement intéressant. Vous serez attirés par les collines “Serre di Ugento” d’origine calcaires qui sont parsemées de “gravinelle” (canaux karstiques). Ces 1600 hectares de nature, paysages et histoire sont entièrement à découvrir.

ILE DE SANT’ANDREA ET LE LITTORAL DE PUNTA PIZZO

L’ile de Sant’Andrea se trouve près de Gallipoli entre des steppes de sel et des côtes rocheuses. Il y a une colonie de mouettes corses et d’autres espèces rares de faune et flore. Toujours en proximité de Gallipoli le littoral de “ Punta Pizzo” est un mélange de scènes naturels et historiques de grand importance. Le tout avec le fond des couleurs remarquables de la mer cristalline.

RESERVE DE PORTO CESAREO ET PARC DE PORTOSELVAGGIO

Imaginez des plages qui vont à l’infini, et des dunes qui reflètent dans une mer tropicale – ceci est Punta Prosciutto. La réserve de Porto Cesareo commence ici qui avec l’Area Marina Protetta (zone marine protegée) et ses petites iles, végétation méditerranéenne, et lacs karstiques, rencontre le parc de Portoselvaggio: 300 hectares de bois de pins qui est un des plus grands poumons verts de la province de Lecce. Les tours de Torre dell’Alto et Torre di Uluzzo dominent un panorama magnifique.

Textes de WelcomeBox